Connaissez-vous vos droits en santé?

Votre droit aux services adéquats

Article 5 de la Loi sur les services de santé et les services sociaux
La Loi indique que vous avez le droit de recevoir des services de santé et des services sociaux adéquats sur les plans scientifique, humain et social. Ces services doivent être de qualités, continues, sécuritaires et adaptés à votre état de santé.

Autrement dit, les services offerts doivent être :

  • reconnus scientifiquement, pour être dit de « qualité et sécuritaire »
  • fournis aussi longtemps que vous en a besoin, pour être dit « continus »
  • et le personnel soignant doit assurer votre suivi en tenant compte de votre état de santé, pour être dit « adapté »
Ces services doivent également être personnalisés, ce qui signifie que l’on doit tenir compte et respecter vos valeurs, de votre culture et de votre religion.
Un établissement de santé peut-il refuser de m’offrir certains services?
Le droit aux services est limité en fonction des ressources humaines, matérielles et financières dont les établissements disposent. Faute de pouvoir vous offrir les services dont vous avez besoin, on devrait cependant vous diriger vers un autre établissement, organisme ou personne qui peut vous les fournir.
Histoire vécue : Adapter les repas à l’état de santé du patient

À l’urgence, un homme souffrant d’une gastroentérite s’est fait servir un repas contenant de la viande, repas qu’il considérait difficile à digérer vu son état de santé. Le personnel lui a expliqué qu’il n’y avait que deux diètes disponibles et a refusé de lui offrir un repas adapté à son état de santé.

Le patient a porté plainte. L’enquête menée par le Protecteur du Citoyen a révélé que cet hôpital offrait des repas adaptés à l’état de santé des patients et que le personnel de l’urgence n’avait qu’à en faire la demande aux professionnels en nutrition.

Cette façon de faire n’était pas bien connue du personnel de l’urgence. Sur la recommandation du Protecteur du citoyen, l’établissement a informé le personnel concerné de l’existence de cette façon de faire.

Source : Le Protecteur du Citoyen – août 2019

Pour en savoir plus, consultez nos sources :